Depuis le 1er juin, je suis, enfin nous sommes, amapiens... Amapiens ? qu'est ce que c'est ? Etre amapien(ne) , c'est être adhérent d'une AMAP (association pour le maintien de l'agriculture paysanne). Vous réglez en général une côtisation annuelle peu élevée (ici 13€ par exemple)  puis vous souscrivez des contrats avec les producteurs partenaires de cette association. Ici il y en a 3 à l'année , une maraichère qui propose des paniers de légumes à 9€ et 14€ , un boulanger et une fromagère, il y a aussi des occasionnels qui permettent de récupérer des colis de viande.

Chaque contrat vous engage sur un nombre de paniers ou semaines de livraison (ici 20 en général) que l'on règle à l'avance. Cela permet aux agriculteurs d'avoir un revenu minimum fixe. Les producteurs sont présents lors des livraisons qui se passent sur un créneau horaire et à un endroit précis (ici le jeudi soir dans une salle prêtée par la commune). Ils répondent à toutes vos questions sur leurs produits (mode de production, recettes etc.).

Je n'ai soucrit qu'au panier de légumes car le boulanger et la fromagère sont sur un marché que nous fréquentons et je m'y fournis régulièrement chez eux. Je ne suis par contre pas sûre de pouvoir anticiper notre consommation de pain et fromage sur plusieurs semaines. Il est pourtant certain que nous nous régalons à chaque dégustation de leurs produits.

Je vous mets quelques photos de nos paniers reçus entre juin et octobre. 

Montages

Les paniers sont toujours bien fournis et diversifiés et ils nous ont permis de découvrir (ou redécouvrir) de nouveaux légumes (blettes, chou-rave, baby boo, chou chinois ...) Les échanges entre amapiens (et oui on se retrouve toutes les semaines à la même heure, au même endroit) ou avec la maraichère permettent aussi de tester de nouvelles recettes . Nous avons d'ailleurs créé un blog pour les recenser (vous pouvez le consulter ici )

Mais être amapien, ce n'est pas qu'être consommateur, c'est aussi être acteur de sa propre consommation ! D'abord parce qu'on choisit de manger sain et local en soutenant les producteurs de "notre coin". Ensuite parce que dans notre AMAP, chacun s'engage à être présent au moins une fois (sur les 20 semaines) pour aider à la distribution des paniers.

Et puis aussi, parce qu'ici , nous avons une maraîchère, qui dans sa ferme, a créé une salle de convivialité où elle est toujours ravie de nous accueillir. On y va pour des repas ou des goûters partagés, on en profite pour "filer un coup de main" sur l'exploitation : cueillette, ramassage, arrachage, égrenage....). On y fait la fête comme ce 26 août où se sont retrouvés plusieurs producteurs et associations autour du "bien manger" dans le respect des agriculteurs. On y apprend, on y échange lors d'ateliers cuisine. On découvre la nature (les enfants ont pu récolter les oeufs, observer les poussins etc.)

aiguilles

 

Une AMAP, c'est aussi une association qui en soutient d'autres, qui propose des soirées à thèmes . Ici notre AMAP a parrainé le germoir des possibles , organisé des soirées ciné débat avec des projections tels que Demain   ou encore les documentaires du festival alimenterre

Depuis que je suis amapienne, je mange mieux (et pas pour plus cher), je réfléchis aux recettes, je découvre de nouvelles saveurs (je n'aurais jamais penser à faire un gratin de scarole et pourtant je me suis régalée) . Depuis que je suis amapienne, j'ai rencontré des gens formidables avec qui les échanges sont simples. Ils m'apprennent à être un peu plus généreuse chaque jour, à donner plutôt que de garder au cas où ... Depuis que je suis amapienne, je réfléchis de plus en plus à ma(notre) consommation quotidienne, à ce qu'on pourrait éviter pour limiter les déchets ( sans non plus se priver et se mettre une pression folle).

 Bref, être amapien, amapienne, c'est bien nourrir son corps, mais aussi son cerveau et son coeur !

*Si vous aussi, vous avez tenté l'aventure de l'AMAP, n'hésitez pas à nous faire part de votre expérience en commentaires ici ou sur ma page facebook.